Les Pitroux

Fermer C'est quoi un Pitrou ?

Fermer Les perfs

Fermer Le Club

Fermer Nos sites de vol libre

Fermer Soaring et Wagas

Récits de vols
Cahiers techniques
Pitroux Migrateurs
Pitrou Vroup
Le Club - La folle histoire des Pitroux

Par Laurent Soleil , texte paru dans Vol Libre magazine N°377 - décembre 2007 -  ici c'est la version intégrale qui vous est proposée mais elle a été remagnée en décembre 2012 pour actualiser quelques informations

Les Pitroux du Poitou, un club pas comme les autres.
Après 15 ans de vols montagne, de tours de vallées sans prétention et de vie au pied des Pyrénées, l’aventure en montagne et ses déclinaisons multiples était  à portée de main, et presque banale parce que trop accessible. En 2002, un choix professionnel et l’expatriation dans un plat pays, un dès rares départements  français dépourvu de sites à relief. L’occasion de re-découvrir le parapente ou plutôt d’en appréhender une de ses merveilleuses extension, le « Vol de Plaine » et ses particularités : Le plaisir si rare de s’extraire et de tenir en l’air pour revivre un peu la vie quittée, l’aventure solitaire, les grands espaces. Des heures de vol chèrement gagnées et la joie jusqu’alors insoupçonnée, de cette autre dimension de la discipline, chance aussi de découvrir par  ce viatique si simple (le parapente) un terroir, un club et par-dessus tout, des gens.
Le passé :
Un club est généralement une structure qui réunit des personnes pour la pratique d’une activité commune. Pour  « Les Pitroux, il en est tout autrement, ils ont même fait les choses à l’envers. Rien ne les prédestinait à devenir des volatiles. C’était à la vérité un groupe d’amis d’enfance ou de parents d’élèves vivant dans une même commune, Vendeuvre du Poitou. Certains se connaissaient depuis les bancs de la communale, d’autres se sont liés d’amitiés au noyau dur et l’envie à pris corps il y a une petite dizaine d’années, au cours d’une de ces nombreuses soirées où en quête d’aventure, d’absolu on refait le monde. « Si l’on faisait un stage de parapente ? » (certains avaient déjà pratiqués en individuel comme Christian et Loïc). Idée saugrenue en Poitou, morne plaine ? Non, car au retour d’une première initiation sur Millau effectué par Richard et Nano, « Pitch » (François Pichard) deltiste régional, aguerri à la technique du treuil va les prendre sous son aile. Pour sceller le destin des « Pitroux canal historique » il aura donc fallu ce joyeux coup du sort, la présence d’un club voisin,  Opal, regroupant les passionnés de la discipline reine du vol libre, Le Delta. Cette particularité originelle des Pitroux complet ce club dans une nonchalance de ses membres toute méridionale en cette région bordant pourtant la Loire, une improvisation, une désinvolture enfantine. Potes, amis, presque famille plus que membres, on s’embrasse au matin, on bavarde, on se prélasse sur les points de rassemblement et si l’envie nous prend, on sort les chiffons. Le parapente n’est que le prétexte à la vie du groupe.
On en revient aux premier pas, initiation au treuil dévidoir par « Pitch » puis don de ce génial engin aux précurseurs complétés rapidement par Jacky, Etienne, Laurent Roux. Premiers planés au-dessus du pays natal et hasard, une pente, une des plus belles de la région, à deux pas de chez Christian. La frénésie des débuts de ces grands enfants colore les lieux lors de mini-soaring effrénés, plein sud face au futuroscope. Les paysans, en voisins incrédules regardent ces drôles de « loustiques » et font naturellement le rapprochement avec le Faucon Crécerelles. Le nom du club est ainsi trouvé « Les Pitroux » (faucon Crécerelle en patois du Pays). Les Pitroux vont forcer leur nature badine et déposer leurs statuts à la préfecture en février 2001, sous l’impulsion avisée d’Etienne et Jacky. Ils sont alors huit.
La proximité géographique des Pitroux leur confère une vitesse de mise en place surprenante quand on connait leur nonchalance. Foin des analyses météo complexes et souvent décevantes, on regarde le ciel, on se croise dans la rue ou on s’appelle au téléphone et branle-bas de combat, c’est parti. A l’époque, les pistes sont foisons à moins de 500m de chez Etienne, toutes orientations, tous axes de départ. Joie des premiers thermiques accrochés et récupération hilares aux abords des communes voisines.  Franck Arnaud, au flair légendaire écumait alors la France pour assouvir sa passion des grandes distances. Il révèle une dimension insoupçonnée du vol de plaine en parapente et confirme l’énorme potentiel de la région déjà utilisé en delta par les Walbec et Souviron. L’ OVNI arrive en gare de Poitiers ou en voiture, se oint de crème solaire,  se vêt de sa combinaison noire, regarde le ciel, attend au bout du filin, 5, 10, 30mn puis, s’extrait quatre fois sur cinq. Après 4, 5 ou 6 heures de vol il appelle le portable du treuil et dit : «  je me suis posé à Aigre (16), Château du Loire (72), Les Herbiers (85), Magnac Bourg (87), Fleurat (23) ». Incrédules et pas envieux pour un sou, les Pitroux continuent leur petit bonhomme de chemin, période durant laquelle le club va gagner en notoriété. D’autres pilotes « étrangers »  comme votre serviteur le rejoignent avec d’autres expériences, d’autres désirs. La sauce prend pas mal, le nombre d’adhérents atteint une petite vingtaine en 2005. Année où, dans la désolation et la résignation, les Pitroux doivent partir de leur terrain de jeu par décision de la DGAC de passer la CTR de Poitiers de classe E à D.
Le présent :
 Les pistes trouvées sont certes un peu plus éloignées de l’épicentre historique , mais vont permettre entre les années 2005 et 2007 à la quasi-totalité des Pitroux, par leur excellent rendement, de franchir un palier dans la performance.  Des mini-cross de 8 à 50 km permettent d’entretenir la motivation et surtout de patienter entre les séjours annuels effectués sur des sites à reliefs. Un autre volet s’ajoute, celui des vols biplaces . C’est l’occasion de faire partager sa passion à la famille, les amis, les CE des entreprises de la région, les enfants des centres aérés des communes voisines. Une organisation sans faille, permettra sur  2006, malgré les inévitables caprices météorologiques de faire plus de 120 vols, partagés par les 3 brevetés du club. L’assise financière est confortée, malgré l’achat d’un biplace flambant neuf et la construction d’un deuxième treuil. Cela permet d’absorber sans difficultés la fréquentation en hausse des ces belles pistes qui nous tendent les bras chaque week-end et jours fériés . L’envie de grands vols taraude les esprits les plus aventureux, on parle même d’un « team cross » plus mobile et plus à l’écoute des données météorologiques. Une jeune vague complète l’effectif .  Aurélien, puis vincent, Sylvain , Armand tous Kiter d’origine, rajeunissent sensiblement la moyenne d’age et complètent leur activité initiale, par la pratique du parapente. Leur progression est rapide, sous la houlette des « vieux sages ». Blaise, le deltiste du Club Opal se fait de temps en temps treuiller également. Après plusieurs années de fonctionnement, les quelques déboires relationnels avec quelques autorités locales obtuses, n’ont en rien entachés la bonne humeur et la franche camaraderie des Pitroux. Chacun trouve décidemment son compte dans cette agglomérat de personnalités, de visions et pratiques de la discipline, pas de concurrence de tour de passe-passe au moment des treuillés, pas de pression inutile et de débats stériles.
La porte est grande ouverte, les tous meilleurs pilotes de plaine rendent régulièrement hommage au magnifique potentiel de la région et à notre capacité de mobilisation, en claquant des vols  « monstrueux ».  En 2006, l’ancien record du Poitou-Charentes de Franck (154km en 2001) est poussé le 31 mai,  par Daniel Vincent Genod à 172 km ;  puis le 10 août le « D Day » pour encore Franck Arnaud précédé de Julien Dauphin  qui repoussent les limites à respectivement 242 et 288km. C’est donc de Poitiers que pour la première fois en France, les 200km sont dépassés en départ treuillé. Le vaillant Julien se pose volontairement dans un vent devenu un peu soutenu, alors que son propre record d’Europe est largement à sa portée.  
La distance titille de plus en plus le « Vulgum Pitrou » , et la mutation génétique du « Faucon Crécerelle » vers le « Vautour au long court » s’opère peu à peu. Mais il y a et il y aura toujours de la place pour le vol loisir et l’initiation, le biplace découverte, la nonchalance et la rigolade.
2006 est également la date de création d’un site internet. Parti de pas grand-chose et en tout cas d’idées simples, son succès est étonnant, en moyenne 2500 connexions par mois. Ce site essaye de fédérer les passions, informer des évolutions réglementaire (espace aériens, assurances) se tenir au courant de l’actualité nationale et locale concernant les 3 sports qui sont sous la houlette de la FFVL apporter un peu de technique, d’aventure et de découvertes diverses. 
Le futur :
 La piste de La Chapelle Moulière, tout comme celles d’Assais les Jumeaux et de Jarzay (voir plus bas) ont été pensées pour les meilleurs pilotes nationaux, afin d’allonger au mieux les axes déjà difficiles à tenir, mais il n’est pas dit qu’elles ne soient pas prochainement, le point de rassemblement et de départ des plus motivés d’entre nous, pour repousser nos limites. A chacun son mythe . La barre des 100 a été frôlée le 10 août 2007 par Benoit Sechet du Club ami de l’ASPTT dont nous accueillons parfois certains des membres les plus aventureux . En réflexion, au moins une démarche, voire une structure commune aux deux clubs poitevins. La phrase attribuée à Alexandre Soljenitsyne, « La liberté ne se vit pas, elle se défend » n’a jamais été aussi actuelle, même s’il faut le reconnaître, l’enjeu n’est ici qu’un plaisir égoïste. L’union fait la force (de persuasion). Pas d’idée de combat, mais le souhait de faire accepter aux maires, agriculteurs et autres associations diverses et variées ce loisir si paisible et si peu nocif à l’environnement. L’envie est forte de pérenniser cette fabuleuse discipline et nos pistes, dans un milieu pas toujours compréhensif. Des sujets qui attendent le tout jeune CDVL 86 crée en préfecture au début de l’année 2007
Le développement des zones, au gré des récentes créations d’aéroports, à grand renfort de chantages à l’emploi, de discours sur le passage obligé pour le désenclavement, de nécessité de développement économique, d’annonces de chiffres prévisionnels de fréquentations plus ou moins avérés n’est pas sans nous inquiéter. Le contribuable français a décidemment du mal à se retrouver dans cette équation économique au résultat abstrait, voire contestable. Cette dernière année a vu la création de deux CTR complémentaires barrant nos axes, celles d’Angoulême et d’Angers, en 2008 viendra celle de Brive, certes beaucoup plus éloignées mais qui aurait rendu le fameux vol de Julien Dauphin du 10 août 2006 non valide. Des pratiquants unis seront certes le pot de terre contre le pot de fer, mais ils pourront au moins espérer écoute et peut-être compréhension et même dérogations ?
 
 Nous sommes aussi en relation proche, avec la seule structure professionnelle de la région, Plaine Vol Libre en Charente Maritime qui permet de compléter sa formation, valider ses qualifications avec Alain Nouraud qui a acquis ses lettres de noblesse en étant l’instigateur de la première Coupe de France de Plaine en 1997. De même, le département voisin des Deux Sèvres est grand pourvoyeur de parapentistes et Calci’Aire utilise lui-même un treuil fixe qui, sans avoir le même attrait et la même souplesse que le dévidoir, n’en n’est pas moins un outil permettant à nos voisins, très portés vers les voyages à l’étranger et les séjours alpins, de se faire la main.
Invitation : venez et volez :
Malgré quelques années de vaches maigres coté météo et refonte de l’espace aérien, nous nous sommes organisés et le dynamisme est là.
 2006 a vu le retour des grands systèmes météo à records en condition de NNW à NNE nos pistes et nos axes laissent des possibilités extraordinaires pour les meilleurs, comme pour le simple amateur.
Sur le plan géographique, l’ouest de Poitiers est extrêmement favorable à la pratique du treuillé avec d’innombrables pistes sur toutes orientations. Ceci sur des milliers d’hectares jusqu’aux rives du Thouet, rivière arrosant le département voisin des deux Sèvres (à l’ouest de cette petite rivière, un paysage de boccage complique singulièrement cette pratique. Cette zone à l’ouest de Poitiers,  permet de partir en cross l’esprit libre, car on peut se « vacher » partout sans se poser de questions. Seul écueil, en dérive vers le sud ou vers l’est, la présence de la CTR de Poitiers.  Pour s’affranchir de cet obstacle on a « inventé »  il y a deux ans, la perle rare, plus à l’ouest que nos pistes traditionnelles, jouxtant elles, la CTR de Poitiers
 
La piste d’Assais les Jumeaux Record 260 km posé Marmande(Coord GPS : 46°47'47.48"N -   0° 4'44.36"W - Axes : N/S, NE/SW, NW/SE, WSW/ESE, W/E). C’est un magnifique axe goudronné en octobre 2007, de 2100m de long, qui en NNW permet de passer la pointe SW de la CTR de Poitiers, et ouvre un axe quasiment illimité jusqu’aux Pyrénées Orientales, en passant au N des CTR de Cognac et Angoulême, au sud de la CTR de Limoges à l’ouest de la futur CTR de Brive, à l’ouest de la CTR de Rodez. En ce même lieu une piste de 1500m perpendiculaire (WSW/ESE) permet d’espérer d’énormes vols également jusque dans la région de Dijon. Un signe, sur cet axe et depuis le terrain « treuil fixe » du club Calci’aire, à à peine 8 km au nord-ouest, Franck Arnaud le 25 juillet de cette année, y a fait un parcours de 195km qui est la meilleure distance en plaine de la CFD 2006/2007.
 
A l’opposé de ce terroir, le site de La Chapelle Moulière , plus du tout utilisé « ad usum Delphini » et de son dauphin Franck, car point de départ  la deuxième meilleure performance en Poitou et l'un des plus grand vol dans les plaines françaises voire Européennes. (Coord GPS : 46°37'50.88"N-0°33'54.12"E / Axes : N/S, NNE/SSW, NNW/SSE, E/W), idéal en N à NNE, mais plus compliquée en NNW à cause de la centrale nucléaire de Civaux et de la CTR de Limoges. Cette zone à l’est de Poitiers, bordée par la rivière Vienne est nettement plus boisée, et donc moins fournie en piste.  
Enfin, notre ancien spot de Charrais abandonné au profit de Jarzay Record 123 km, celui où l’on se retrouve dans  90% des cas. 2 100 m de piste et un rendement vraiment étonnant.  Axes : NNE/SSW, ENE/WSW, N). Très commode comme point de rencontre pour la grande majorité des membres ou pour des opérations biplace dont le club est friand parce que assez proche de nos bases.
Toutes les précisions pour accès et modalité de rencontre sont mentionnées sur notre site internet et pour un contact téléphonique les Pitroux répondent au  06.12.11.86.03

L'histoire reste toujours à écrire et cette année encore verra de belles choses à n'en pas douter !!


Date de création : 15/03/2008 : 19:58
Dernière modification : 27/12/2012 : 11:48
Catégorie : Le Club
Page lue 7070 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Spécial

Offrez vous un baptême en parapente
pour 25€ de plaisir 
ici un exemple filmé
http://vimeo.com/11399816

Possibilité de baptême pour les handicapés moteur (décollage assis - chariot special) 
http://vimeo.com/61057087


Des photos, d'aventures ,
de voyages et
de sessions week end,
c'est ici 

Par
Laurent Merle :
https://www.flickr.com/photos/laurentmerle/albums/with/72157663277911879

photos : galerie Picasa 
galerie Parawing (archives)
Films : sur Viméo
 sur Youtube

Par Laurent Soleil
photos :  galerie Parawing et https://picasaweb.google.com/111119434435114929995
Films : https://vimeo.com/user36431475

Connexion...
 Liste des membres Membres: 129

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 2

Total visites Total visites: 624752  

Record connectés:
Record connectés:Membres: 9

Le 06/07/2009 @ 17:32

Record connectés:Cumulé: 160

Le 14/05/2012 @ 16:03

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
^ Haut ^