Les Pitroux

Fermer C'est quoi un Pitrou ?

Fermer Les perfs

Fermer Le Club

Fermer Nos sites de vol libre

Fermer Soaring et Wagas

Récits de vols
Cahiers techniques
Pitroux Migrateurs
Pitrou Vroup
Améliorer sa pratique - Chasseur de Thermiques

Un document de référence commis par "The Spécialist Mondial" du vol de performance Will Gadd ancien recordamn du monde de distance libre en parapente, traduit de l'Anglais par Luc Armand. Merci à lui.

Si vous voulez comprendre,  progresser, lisez et relisez ce document génial.

 

Chasseur de Thermiques
Par Will Gadd
Partie 1: collecteurs et déclencheurs
La clef du vol de distance repose souvent sur une bonne réponse à la question : « où est
le prochain thermique ? ». Si vous répondiez correctement à chaque fois ou même à 90%
alors la vie pourrait être vraiment très belle. Je pense que développer son propre système de
compréhension des thermiques et continuellement le raffiner est la clef pour tous les pilotes
de cross. C’est par cette voie que le pilote apprends quelque chose de chacun de ses succès ou
échecs. J’entends parfois mes étudiants me dire « Ah, j’ai compris un truc qui simplifie
beaucoup les choses ». C’est le but : avoir un système clair et simple qui peut être raffiné à
chaque saison en produisant de meilleurs résultats. Je sépare grossièrement mon modèle de
prédiction des thermiques en deux parties : les prédictions de thermiques basées sur les
indices du sol et les prédictions de thermiques basées sur les indices du ciel. Dans cette
première partie je tente d’expliquer comment les thermiques se forment au sol et comment on
peut les trouver efficacement. La deuxième partie parlera du ciel et la troisième de comment
travailler le thermique.
Collecteurs
J’appelle les zones potentiellement génératrices de thermiques des « collecteurs » parce
qu’elles collectent l’énergie du soleil et la transmettent en air chaud ou thermiques. Autrement
dit, le « collecteur » est la casserole qui chauffe la poche d’air qui sera amenée à constituer le
thermique. Je pense que l’air qui se réchauffe par conduction avec le sol du collecteur, a
d’abord une tendance à monter relativement doucement et régulièrement au dessus du
collecteur à mesure qu’il se réchauffe (les thermiques de montagne du matin en sont la
meilleure illustration) car la poche d’air se dilate comme un soufflet dans son récipient. Ce
phénomène est ensuite suivi par plusieurs cycles plus forts un peu de la même manière que les
vagues déferlent sur la plage. Imaginez de petites vagues arrivant en continu puis un cycle de
grosses vagues suivi à nouveau par de petites vagues. Si vous trouvez un bon collecteur, vous
pouvez souvent vous maintenir dans du zéro au dessus et attendre la venue d’un bon cycle. Si
vous êtes bas, c’est peut être votre seule chance.
Les collecteurs dépendent du soleil. S’il n’y a pas de soleil, il n’y a probablement pas
beaucoup d’air quittant le sol (excepté en cas de forte instabilité). Quand je regarde un
collecteur de thermique potentiel, je me demande d’abord, « depuis combien de temps et à
quel angle le soleil a tapé sur ce collecteur ?». Un collecteur parfait devrait être disposé à
angle droit par rapport aux rayons du soleil depuis des heures. J’ai appris cette leçon la
première fois en volant pendant la compétition nationale US quand tous les bons pilotes
volèrent vers le coté ensoleillé mais sous le vent d’une butte et moi vers le coté au vent où le
soleil commençait à peine à taper. Je suis descendu, pas eux. Ce jour là, j’ai pensé que c’était
de la malchance ; mais la chance n’a rien à faire avec ça, la pente n’avait simplement pas été
chauffée suffisamment par le soleil. Remarque perso : seuls les mauvais pilotes ont de la
malchance, les autres rationalisent leurs échecs.
Un autre facteur qui détermine de combien l’air du collecteur est chauffé est la nature de
la surface du collecteur. Pour une excellente analyse de la thermique des surfaces, lire
l’ouvrage de Reichman : Cross-Country Soaring. Pour simplifier, les surfaces sèches avec
beaucoup de replis et beaucoup d’air abrité produiront les meilleurs thermiques. Les champs
de céréales mûres (avoine, blé, etc) sont secs et conservent beaucoup d’air abrité . Les
surfaces clairsemées d’arbre fonctionnent bien également. Les surfaces rocheuses chaotiques
avec beaucoup d’air mort entre les pierres fonctionnent bien mais prennent plus de temps à se
chauffer. Les sols humides absorbent l’énergie du soleil et l’utilisent pour évaporer l’eau ; ils
ne produisent pas de thermique.
Le vent au sol tend a détruire les thermiques en mélangeant continuellement l’air des
collecteurs potentiels, les empêchant de chauffer suffisamment l’air avant qu’il ne quitte la
zone. Cela transforme ce qui aurait pu être un thermique décent en une turbulence
inexploitable, surtout à proximité du sol. remarque perso : c’est en partie pour cette raison
que, dans les alpes du sud, où on trouve beaucoup de montagnes arrondies et pelées dont la
crête est continuellement soumise à la brises, que les meilleurs thermiques sont ceux qui on
pris naissance plus bas dans la pente ou dans la vallée, thermiques que l’on trouve en
s’éloignant de la pente. Une grosse rangées d’arbres autour d’un champs sec gardera souvent
suffisamment au calme une bonne poche d’air. Vous pouvez faire l’expérience de thermiques
au sol en marchant simplement dans un paysage et en ressentant les contrastes entre les zones
froides sous les arbres et les sones chaudes dans les zones déboisées, par exemple. Plus un
collecteur est protégé et ensoleillé, plus l’air sera chauffé et meilleure sera la chance de
monter. Cela signifie que les meilleurs thermiques sont souvent trouvés dans les zones
légèrement sous le vent et ensoleillée. Pas de problème si vous êtes suffisamment haut, sinon,
à vous de faire vos propres décisions en prenant en compte l’éventualité de rotor plus ou
moins important. Cet article ne traite pas de sécurité. Remarque perso : Je pense que ça n’est
vrai que si la masse d’air au dessus du « collecteur » sous le vent n’est pas trop descendante
sur une hauteur importante. Sinon, le gradient de température sera moins favorable et l’air
chaud risque d’être cloué au sol longtemps et il ne s’évacuera que très brutalement. De plus,
le thermique résultant n’arrivera peut être pas jusqu’au plafond.
Beaucoup de pilotes croient que les sols bitumés comme les parkings ou les routes vont
être une bonne source thermique. Bien que le sol soit noir et absorbe beaucoup d’énergie, cela
ne marche souvent pas bien parce qu’il n’y a rien pour garder l’air longtemps en contact avec
le sol. si vous regardez des oiseaux monter au dessus des parkings ou des autoroutes, ils
tournent presque toujours en petits cercles et ne gagnent pas beaucoup d’altitude. Les
thermiques sont fréquents mais petits et difficilement exploitables. Un parking plein de
voitures fonctionne mieux qu’un parking vide parce que les voiture abritent l’air environnant.
Une route peut être un très bon déclencheur comme expliqué plus loin.
La forme du terrain est également importante. Par exemple, des champs secs avec des
sillons fonctionnent mieux que des champs secs sans sillons. Je pense que c’est parce que les
sillons font face au soleil comme de petit panneaux solaires et protègent du vent de petites
poches d’air. Si vous volez en montagne, regardez les pentes qui sont à angle droit par rapport
aux soleils depuis le plus longtemps. Les pentes sous le vent fonctionnent souvent mieux qui
les pentes au vent parce que l’air sous le vent est protégé, mais une pente ventée et ensoleillée
sera toujours meilleur qu’une pente sous le vent à l’ombre. Les grande pentes exposées sudouest
dans les montagnes offrent de bons thermiques depuis le milieu de journées jusqu’en
soirée mais les pente est et nord-ouest ne fonctionnent respectivement que dans la matinée et
la soirée. L’anti-collecteur est bien-sûr le lac. Froid, réflectif, humide, venté. Vous ne
trouverez presque jamais un thermique qui vient d’un lac. Mais ça ne veut pas dire que vous
ne trouverez pas de thermique à la verticale d’un lac. L’exception, c’est en soirée quand l’eau
relativement chaude du lac restitue sa chaleur mais j’ai rarement vu cela d’une intensité
suffisante pour produire des thermiques exploitables. Les longs planés au dessus des lacs en
soirée sont souvent très porteurs mais ne comptez pas trop non plus sur cet air « magique » ou
vous aller avoir à nager.
Déclencheurs Passifs
Je crois que les thermiques ont une sorte de tension superficielle ou viscosité et tendent
à rester englués sur le sol avant de s’échapper vers le haut. Un peu comme de l’huile sur un
paysage en gravité inversée. J’appelle l’endroit où le thermique est propulsé vers le haut, un
Déclencheur Passif. Note personnelle : il faut bien voir que les poches d’air chaud amenées à
former un thermique peuvent rester « collées » à une surface et y migrer avant de trouver un
déclencheur qui va les faire se décoller. C’est particulièrement vrai sur les pentes inclinées.
Une chose est sûre : les poches d’air chaud ne descendent jamais les pentes, donc si une
poche d’air chaud arrive en haut d’une pente ou sur une cassure quelconque, il y a de forte
probabilité qu’elle se décolle et forme un thermique. Les plus nombreux Déclencheurs Passifs
sont les sommets pointus; il y aura souvent un nuage au dessus du matin au soir. Les faces au
sud chauffent en premier, puis les faces sud-est, ensuite les faces sud suivies des pentes ouest
en fin de journée. Mais à chaque fois le thermique monte jusqu’au même Déclencheur Passif,
le sommet. Pensez aux pompes à couillons de votre site local ; qu’est-ce qui se passe
réellement avec chacune d’elle quand le soleil tourne ? Si vous êtes haut, vous pouvez voler
droit sur le sommet, mais si vous êtes bas alors il vous faut vous diriger vers la face au soleil
du pic et monter ensuite. Les crêtes fonctionnent souvent de la même façon avec une
confluence des deux faces de la crêtes qui déclenchent en même temps.
Quand je vole en montagne, je cherche les DP où je pense que les bulles chaudes vont
casser leur tension superficielle et s’élever ; des crêtes au dessus de pentes protégées et
ensoleillées et les endroit où une crêtes forme un mini-sommet permettant au thermique de se
séparer du sol (comme de l’eau coulant le long de votre bras et s’en sépare à votre coude)
semble fonctionner correctement. Deux arrêtes ou plus se rejoignant sont encore meilleures.
Chaque crêtes augmente votre chance de trouver le bon déclencheur.
Les Déclencheurs Passifs peuvent être très petits en plaine. Par exemple, une route sur
le coté sous le vent d’un large champs sec labouré aura souvent un petit fossé entre la route et
le champs ; c’est un déclencheur passif. Le simple coin d’un champ sec contre un champ plus
vert peut être suffisant pour servir de déclencheur au décollement du thermique; je trouve
presque toujours mes meilleurs thermiques à l’angle sous le vent de larges champs secs
labourés contre un champs en herbe. Un groupe de maisons au milieu d’une zone désertique
ou une simple tour de forage pétrolier cassant la monotonie d’un sol plat sera souvent un
déclencheur passif. Des gens pensent sérieusement que les lignes hautes tension sont des
déclencheurs passif mais je pense que les thermique trouvés au dessus des lignes hautes
tensions ont plus à voir avec le sol. L’exception pourrait être les grands pylônes portant les
lignes.
Les gros rochers sont souvent de bons déclencheurs passifs, car il tendent à casser la
tension superficielle et à libérer des bulles thermiques.
Finalement, les contrastes de température du sol peuvent aussi agir comme des
déclencheurs. J’ai souvent trouvé des thermiques à la jonction de deux surfaces disparates ;
des kilomètres de grands champs secs en bordure d’un grand lac donneront un thermique
fiable sur la berge entre le lacs et les champs (surtout si le champs est au vent du lac). Quoi
qu’il en soit, les champs humides ou les lacs coupent souvent toutes activités thermique dans
leur environnement immédiat, spécialement du coté sous le vent. Ces différences de
températures du sol peuvent être petites, mais des milliers d’exemples m’ont enseigné qu’ils
ont de l’importance.
Note personnelle : j’ai remarqué qu’il y a un facteur très important qui favorise la
bonne montée des thermiques (et la facilite leurs déclenchement), c’est une masse d’air
environnante en très légère montée sur une hauteur importante. Exemple : dans une
confluence de brises sur un sol plat, le vent au sol est amoindrie et ça favorise la chauffe des
collecteurs. Le fait que l’air environnant est ascendant (même de seulement 0.2 m/s, soit un
vario de 0.8m/s), crée un gradient de température plus favorable se rapprochant des 1°/100m.
C’est la raison pour laquelle on trouve souvent, dans une confluence de brise, tout un bouquet
de thermiques sur une très larges zones, comme si tous les champs du coins avaient libéré en
même temps leur thermique. Autre exemple : en vue de dessus d’une montage, la ligne
montante des points d’arrêt d’un écoulement contournant cette montagne est propice à la
fabrication des thermiques car c’est une zone où le vent n’est pas très sensible au niveau du
sol et où la masse d’air générale est la plus montante (car elle sur cette ligne l’écoulement ne
pouvant contourner, il en fait que monter). On peut aussi parfois trouver une zone favorable
du même type dans le « vortex » généré par le coté sous le vent d’ une montagne longiligne
disposé à environ 45° du vent dominant.
Contre exemple : n’espérez pas trouver un thermique exploitable sous le vent d’une
montagne où la brise et le vent descendent sur des centaines de mètres et où les varios
rencontrés dépassent les –4m/s. L’air chauffé par les collecteurs situés dans les grandes
pentes sous le vent ne peut pas bien monter à cause du gradient de température beaucoup
moins favorable. Par contre, plus en arrière, là où l’air a finit d’être descendant, on trouve
souvent de superbes thermiques alimentés par tout cet air chaud.
Déclencheurs Actifs
Les Déclencheurs Actifs sont des déclencheurs qui bougent. Par exemple, une
moissonneuse sera presque invariablement source de thermiques. Une voiture roulant sur une
route à proximité d’un grand champs sec arrivant à maturité agira également comme un
déclencheur. N’importe quel type de mouvement, puisse-t-il être dû à des gens, des machines
agricoles, des voitures et même d’autres pilotes atterrissant pourront souvent causer le
déclenchement d’un collecteur. Combien de fois avez-vous atterri dans un champs prometteur
pour voir un pilote remonter juste au dessus de vous ?
Je commence à croire que les ombres de nuage agissent souvent comme des
déclencheurs actifs. J’ai maintenant volé dans suffisamment d’endroits où le coté avant d’une
ombre de nuage produit des dust à mesure que l’ombre avance le long du sol, un peu comme
une sorte de mini front froid soulevant l’air chaud. C’est une théorie, mais il semble bien que
ça fonctionne quelques fois. Note personnelle : j’ai aussi cette suspicion.
Comment appliquer tout ceci:
Pour un jour donné, les thermiques atteignent une certaine hauteur par rapport au sol
avant de s’arrêter. Je qualifie de « bas » tout ce qui est en dessous de la moitié de cette hauteur
et de « haut » tout ce qui est au dessus. Par exemple, si la base des nuages est à 2000m au
dessus du sol, je suis bas quand je suis à moins de 1000m sol. Cette partie traite des prises de
décision quand on est dans la zone « basse ». Si vous êtes bas, trouvez des collecteurs qui
sont ensoleillés depuis longtemps. Il faut faire très attention en volant dans les ombres des
nuages ; si vous êtes bas, c’est vraiment très rare de remonter d’une zone d’ombre de nuage.
Connectez les collecteurs avec des déclencheurs potentiels ; des prairies ensoleillées
légèrement sous le vent d’une butte ensoleillée avec des cums juste au dessus sont parfaites.
Si vous êtes sur la face à l’ombre d’une crête, alors vous êtes au mauvais endroit et avez
besoin de trouver d’urgence une zone au soleil. Un grand champ sec avec un petit mamelon
sur le coin sous le vent peut être bon. J’essaie de voler au dessus du plus grand nombre
possible de combinaison de collecteur/déclencheur. Si j’ai un « zéro » consistant sur mon
vario alors que je suis bas, je reste à enrouler jusqu’à ce que le cycle arrive. Bien sûr, si vous
voyez un aigle monter comme une balle ou un gros dust tournoyer depuis le sol à l’arrière
d’un tracteur, les choses deviennent plus simple. Je ne m’embête pas avec des thermiques
faibles si je suis au plafond et que je commence à transiter. Mais une fois que je suis bas,
j’essaie d’exploiter tout ce qui peut l’être.
C’est important de comprendre que les ascendances et les descendances s’équilibrent. Si
votre taux de chute est de 4m/s attendez vous au moins à des descendance de –4m/s en
quittant le thermique. Si les thermiques sont larges, attendez vous à de larges zones de
descendances. Si vous êtes dans une zone de forte descendance, alors il y a probablement un
bon thermique dans les parages. Vous devez vous demandez « où est le collecteur et où est le
déclencheur ? feu ! ». les collecteurs ont tendance à attirer l’air vers eux quand il se vidangent
dans le thermique ; vous remarquerez souvent votre vitesse sol augmenter en approchant un
thermique. Votre parapente fera aussi souvent une petite abattée, l’air accélérant vers le
thermique. Les vieux parapentes cabraient généralement quand ils rencontraient un gros
thermique et la pression dans les frein augmentait beaucoup. Des turbulences peuvent aussi
faire cabrer le parapente mais la pression dans les freins ne sera pas augmentée. C’est un bon
moyen de savoir si vous entrez dans un thermique ou si vous avez juste trouvé une rafale. Si
la pression dans les freins est plus forte, alors vous avez trouvé un thermique. Pas de pression,
pas de thermique. Les parapentes plus récents ou de meilleures performances ont plutôt
tendance à abattre vers le thermique quel que soit sa force mais la sensation d’augmentation
de pression est la même.
Enfin, rappelez-vous que le vent couche les thermiques. Si vous êtes très bas et arrivez
sur un collecteur, ça n’a pas tellement d’importance mais plus vous êtes haut plus il vous
faudra vous positionnez sous le vent pour intercepter la colonne.
Le système ci-dessus est peut-être questionnable, mais c’est celui que j’ai trouvé.
Chaque année il semble devenir meilleur et pourtant, chaque année je regarde en arrière et me
demande « oups, ne serais-je pas dans le faux ? ». J’essaie d’analyser sincèrement chacun de
mes vols et d’analyser « qu’est-ce qui a fonctionné, qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ».
Pourquoi je me suis vaché alors que quelqu’un d’autre est passé ? les bons pilotes ont de la
chance de façon remarquablement régulière.
Bonne chance dans le développement de votre propre système, c’est celui qui compte !
Chasseur de Thermiques Partie 2 : thermiques et nuages
Cette partie se focalise sur les meilleurs indicateurs visibles de thermiques : les nuages.
Il y a des douzaines de livres sur le sujet. Les idées présentées ici sont donc des conseils sur le
vol au nuage plutôt qu’un ouvrage météorologique, excusez les grosses simplifications que je
fais.
La base de la compréhension du ciel est de l’avoir beaucoup observé; lire des livres (ou
des articles comme celui ci !) aide, mais vous devez avoir votre propre expérience et système
d’interprétation pour voler correctement. Tous les bons pilotes que je connais ont passé des
milliers d’heures à regarder le ciel en essayant de comprendre ce qu’il s’y passait. J’ai passé
pas mal de journées le cul par terre à regarder le ciel évoluer au dessus de moi, et ça n’a pas
été du temps perdu. Les nuages restent-ils toujours au dessus des mêmes points ou forment-ils
toujours au dessus des même points puis dérivent avec le vent en mourrant ? se forment-ils de
façon régulière et selon quel processus ? ont-ils une base bien marquée et plate ou une forme
plutôt ronde ? chaque réponse à ces questions apporte des connaissances sur les thermiques
qui ont généré ces nuages. Les nuages sont infiniment variables mais je crois qu’ils obéissent
à des lois générales qui peuvent être apprises par une observation attentive assidue.
L’idée principale de ce chapitre est que le nuage est basé sur les cycles de son
thermique. Quand l’air chaud s’élève, il peut atteindre une altitude où une partie de la vapeur
d’eau condense. Ce processus continu tant que le nuage est alimenté par un thermique (la
« pompe » à condensation du nuage agit un peu comme un thermique, donc je l’incluse ici
pour simplifier). A un moment donné, le collecteur finit de libérer son air chaud mais le
nuage est toujours alimenté par le reste d’air chaud qui n’a pas finit de monter. Puis le nuage
n’est plus alimenté et commence à se dégonfler ; à ce moment, il n’y a plus d’ascendance en
dessous du nuage. C’est pourquoi beaucoup de beaux nuages n’offrent souvent pas
d’ascendance quand vous volez en dessous ; ils sont gros mais sont à la fin de leur cycle.
Quand le nuage se dégonfle, il produit en fait une descendance, ce qui est expérience horrible
pour celui qui vient de transiter vers lui en imaginant remonter à sa base. Il est bien sûr
préférable de trouver de l’air montant sous les nuages qui sont encore en formation. Mais
pendant combien de temps ?
Le jeu le plus simple est d’essayer de prédire si un nuage est en formation ou en train de
se dégonfler ; avant de le faire pendant le vol, j’aime jouer à ça à la maison, en conduisant ou
en regardant par la fenêtre du bureau. Prenez un nuage et faites une rapide décision : en
formation ou non ? ensuite continuez à observer ce nuage ; s’il est en formation, son volume
augmente (horizontalement ou verticalement) et il s’assombrit. S’il se dégonfle, il devient
plus clair et il se fragmente lentement en plusieurs morceaux. Combien de temps prend le
processus ? 2, 10 ou 15 minutes ? ou peut être que le nuage continue à se développer en un
monstre ? Je peux rarement faire une bonne décision en me basant uniquement sur un seul
coup d’oeil au nuage, mais après l’avoir observé pendant deux minutes, je peux généralement
dire quel est sa tendance. Je pense que pour faire du cross, la base est d’apprendre les cycles
des nuages ; c’est comme apprendre à lire.
Michael Champlain, un des meilleurs pilote de cross que j’ai rencontré, m’a appris un
bon truc pour aider à comprendre ce que les nuages sont en train de faire pendant que vous
volez. Il recommande de prendre un série de photos mentales du ciel à mesure que vous
montez dans un thermique. A chaque cercle je regarde dans la direction voulue et je prend
une « photo » de l’aspect des nuages ; une ascension longue autorise 30 ou plus bonnes photos
et avec un peu de pratique, j’ai appris à mémoriser quels nuages sont en formations et quels
nuages se dégonflent sur la base de ces photos. Les photos mentales récoltées durant quelques
montées en thermique, me donne également de bonne informations sur quelle est la durée des
nuages, ce qui est précieux pour savoir quel nuage sera encore en formation quand je les
atteindrais. Si les cycles de nuages durent 30 minutes, je peux faire une transition de 10 ou 15
minutes et arriver quand le nuage est encore en train de grossir avec suffisamment de temps
pour monter jusqu’au nuage. Généralement, plus le plafonds est haut, plus la distance entre
les nuages est grande et plus ils durent longtemps (car il y a un plus grand volume d’air pour
alimenter un seul nuage). Mais si vous transitez vers un nuage qui est en formation depuis
30minutes (ou en fin de cycle) et que vous arrivez bas, vos chances de trouver une ascendance
sont maigres, quel que soit la taille du nuage au dessus de votre tête. Beaucoup de pilotes font
l’erreur de monter au nuage puis de regarder autour et de se diriger vers n’importe quel nuage
qui a l’air le meilleur sans aucune prise en compte de l’historique des cycles. C’est plus
pénalisant d’arriver à un nuage après la fin de son cycle que de transiter dans un trou de ciel
bleu car il y aura une grosse descendante sous le nuage et le sol sera tout refroidit par l’ombre
du nuage. Vos chances de rester en l’air seront vraiment amoindries.
Mais si vous êtes presque en haut de votre thermique et que vous voyez des nuelles
commencer à se former à portée de transition, vos chances de trouver une bonne ascendance
sont bien meilleures.
OK, vous êtes maintenant en transition vers un beau cumulus en formation, mais où
allez vous attraper l’ascendance ? l’observation des cycles vous aidera. Si le vent est plus fort
en altitude qu’au sol, le nuage sera alimenté sur son bord au vent et se dégonflera sur son bord
sous le vent. Le thermique est incliné en montant vers le nuage. Si vous avez un GPS, vous
pouvez savoir quel est la force du vent et donc quelle est l’inclinaison du thermique. Je
visualise mentalement les thermiques avec une pente jusqu’à 20 degrés dans des vents de 15-
20km/h ou moins et jusqu’à 30 degrés pour des vents jusqu’à 35km/h. Note personnelle :
l’inclinaison du thermique dépend aussi de la force du thermique. Plus il est fort, moins il est
incliné. Il faut aussi comprendre que le vent rencontré est rarement constant avec l’altitude ; il
y a beaucoup de journées où vous rencontrerez de gros gradient de vent à certaines altitudes ;
le thermique ici sera souvent désorganisé mais si vous arrivez à franchir cette barrière, le
thermique redeviendra régulier. Rappelez-vous de cette altitude et préparez-vous à vous battre
au lieu de vous décourager dans le prochain thermique lorsqu’il faudra repasser cette couche.
Les journées de cross les plus frustrantes que j’ai vécues sont celles où le vent est plus
faible (ou inverse) en altitude qu’au sol; j’ai rencontré cette situation assez souvent sans
jamais comprendre comment trouver les thermiques jusqu’au jour où j’ai réalisé que les
nuages étaient alimentés sur leur coté sous le vent et se dissipaient sur leur coté au vent ! Dans
cette situation vous attraperez le thermique sur le coté sous le vent du nuage. Note
personnelle : à mon sens, quel que soit le gradient, une bonne façon de savoir où se
positionner par rapport au nuage, c’est de connaître l’inclinaison de la colonne juste avant
d’arriver au nuage. J’ai souvent rencontré un flux de sud jusqu’à la base du nuage avec du
nord faible juste au dessus de la base de nuage. Dans ce cas, le nuage a bien la tête d’un
nuage couché par le vent de nord mais si on arrive dessous, il faut se positionner au sud.
La forme et la texture des nuages offrent aussi plein d’informations. Les nuages plus
hauts que larges signifient généralement que le thermique est puissant et peut conduire a des
sur-développements plus tard dans la journée (ne me lancez pas sur le sujet de l’instabilité…).
Les nuages tout ronds et proches les uns des autres qui ont des cycle rapides et n’ont jamais
de base plate « dure » n’offrent généralement pas de très bonnes ascendances ; Quoi qu’il en
soit, les faibles ascendances seront faciles à trouver, volez simplement vent arrière et vous
tomberez certainement sur quelque chose. Comme ces nuages ont un cycle très rapide, il est
presque impossible de régler un timing d’arrivée sur ceux que vous visez. Cependant, ils se
forment souvent dans des zones précises, et ce sont ces zones qui offrent les meilleures
chances de rester en l’air. Lors d’un jour humide, le ciel sera absolument rempli de cumulus
régulièrement espacés ; malheureusement, seulement quelques uns de ces nuages seront actifs
alors qu’une majorité seront en lent dégonflage. Lors d’un jour plus sec, le peu de nuage qui
sont dans le ciel seront probablement actifs, mais assurez vous quand même de les attraper
pendant le bon cycle. Enfin, les nuages à base plate bien formée sont alimentés par une
puissance colonne continue. Les bases arrondies, mal formées indiquent généralement un
nuage moins bien alimenté et une ascendance plus faible.
Lors de journées avec des nuages plus gros, regardez attentivement quelle est la partie la
plus haute de la base du nuage ; la meilleure ascendance sera presque toujours sous la partie la
plus haute de la base du nuage. Quand vous montez vers la base, gardez un oeil autour, vous
pourrez peut être monter plus haut dans d’autres portions du nuage que si vous restez dessous.
C’est spécialement le cas quand vous volez en bordure de deux masses d’air humides et
sèches. J’ai vu des nuage qui avait deux étages de plus de 1000m d’écart au Texas. Note
personnelle : on rencontre souvent ce genre de nuage à Gréolières, Sospel, Lachens ou
Bleyne, par vent de nord car ces sites sont alors en bordure entre une masse d’air très sèche
venant du nord et une très humide du littoral. Mardi 11 avril dernier, à Sospel j’ai fait 1500m
à la base du nuage coté sud et 3200m à la base du même nuage coté nord. Splendide
cathédrale !.
En plus de comprendre avec quel type de nuage on peut jouer, beaucoup de gens veulent
savoir quels sont les nuages à éviter. C’est souvent difficile de dire ce que votre nuage est en
train de faire quand vous êtes en train d’y monter ; cependant, si vous faites vos photos
« mentales » à chaque spirale, vous pouvez avoir une bonne idée de ce qui se passe avec les
autres nuages. Vous pourriez vous imaginer que vous êtes en train d’enrouler sous le seul
nuage trop gourmand du ciel, mais c’est très improbable. Si le ciel est en train de surdévelloper
autour, alors il est probablement temps de se poser, quel que soit ce qui se passe au
dessus de votre tête. Même les nuages larges peuvent avoir des cycles réguliers ; certain jours
avec des cumulus espacés de 10km ou plus sont des bons jours pour le cross mais aussitôt que
les nuages commencent à grossir plus hauts que larges, je commence à chercher une zone de
ciel moins menaçante ou je vais me poser. Par terre, j’aime observer en sécurité ce qui se
passe ensuite dans le ciel ; y a-t-il encore des cycles ? ou les nuages continuent-ils à grossir ?
s’ils sur-développent, combien de temps ça prends à partir du moment où j’ai pris la décision
de poser ? et combien de temps avant que la première rafale de front arrive ? J’ai été quelques
fois frustré de poser trop tôt, mais j’ai quelques fois poussé le bouchon trop longtemps et cela
a été terrifiant. Plus je vole, plus je deviens prudent. Si les nuages commencent à monter
radicalement et ressemblent à des tours, un jour où des orages sont annoncés, posez sans
délai. L’intense observation du ciel n’est pas seulement utile pour trouver le prochain
thermique ; c’est aussi une base pour voler en sécurité.
En général, en plaine, les nuages se forment en réseau (hexagonal ou linéaire, par
exemple). Ces réseaux peuvent être dû à des milliers de facteurs (ceci n’est pas un papier
traitant de météorologie), mais les zones d’instabilité sont là où vous devez aller pour trouver
des ascendances. J’ai suffisamment vaché après avoir tenté de traverser de larges zone bleues
pour le croire. C’est presque toujours meilleur de voler au nuage en bordure d’un trou bleu
que de traverser tout droit dans le trou, que ce trajet soit plus direct ou non. Les pilotes de
planeur ont le luxe de pouvoir faire des transitions monstrueuses à travers des zones de ciel
jusqu’à 150km. Nous non.
Beaucoup de pilotes rêvent de voler sous des rues de cumulus jusqu’à la nuit ; ça peut
arriver parfois mais j’ai trouvé plus utile de considérer les rues de nuage comme des nuages
liés. Si la rue a une base plate et « bien formée » et se maintient avec une bonne couleur
sombre à mesure que vous avancez, alors poussez l’accélérateur aussi vite que la théorie de
Mc Cready l’autorise. Mais continuez à regarder devant et à analyser ce qui se passe ; tôt ou
tard, les nuages finiront, et vous devrez porter attention à ce qui se passe devant et sur les
cotés. J’ai souvent trouvé que c’était meilleur de traiter les grands espaces entre les rues
comme des trous bleus et de sauter sur le coté vers une autre rue si le trou dans l’axe du vent
est significativement plus important que celui latéral.
Beaucoup de journées en thermique bleus offrent de très bons indices. Même si les
nuages ne sont pas toujours en haut des thermiques, les dômes le sont souvent. Les dômes
sont des zones sur la couche d’inversion où la lumière est différente à cause d’un taux
d’humidité de l’air plus important au sommet de l’ascendance. J’ai vu des dômes plus
fréquemment en volant dans les jours de thermiques bleus de Mexico et dans le désert du sudouest
; les dômes sont aussi souvent les précurseurs des nuages. Le matin vous pouvez
seulement voir des dômes sur la couche d’inversion, mais ils marquent bien les ascendances et
sont souvent le premier endroit où l’inversion est crevée et où se forme ensuite le nuage. Les
jours de thermiques bleus, on rencontre souvent des dust et des noyaux de thermique en
rotation ; si vous pouvez voir de l’herbe, de la poussière fines ou d’autres débris, c’est un bon
signe de noyau thermique.
Stratégie de vol :
Le modèle classique de formation de nuage suggère une colonne d’air ascendant
alimentant un nuage. En réalité, je me représente les thermiques alimentant les nuages comme
des arbres avec pour racines beaucoup de petits thermiques sources alimentant un plus gros
jusqu’à ce qu’ils atteignent le tronc qui conduit au nuage. Plus vous êtes haut au dessus du sol,
plus les troncs sont espacés et plus vous devez voler près des nuages pour pouvoir attraper un
gros thermique. N’importe quel compétiteur a déjà vue des ailes montant espacées dans des
noyaux différents avant de se retrouver dans un gros noyau commun conduisant au nuage.
Quand on vole relativement bas, on peut bénéficier de plus petit thermiques « sources », pas
seulement des troncs. Les planeurs ont généralement des difficultés à exploiter ces petits
thermiques de basse couche mais nous, parapentistes, pouvons noyauter du thermique étroit et
suivre la petite racine jusqu’à ce qu’elle rejoigne un autre thermique et devienne plus large. Si
vous êtes bas (moins de la moitié de la distance séparant le nuage du sol), vous pouvez
abandonner tout espoir de rencontrer un « tronc » ; la bonne stratégie est alors de chercher les
indices au sols, collecteurs, déclencheurs, etc. au vent du nuage. (attention, le nuage peut être
au vent de la source thermique en cas de vent en altitude inverse de celui au du sol).
J’essaye généralement de connecter les sources thermiques aux nuages qu’elles
alimentent ; ceci est aussi très utile pour prédire où le nuage en est de son cycle. Par exemple,
les nuages qui se forment au dessus d’une montagne sont généralement décalés sous le vent.
une fois qu’ils sont séparés de leur source thermique il peut encore y avoir une ascendance
sous le nuage mais vous savez que vous devez arriver relativement haut pour monter dans ce
reste de thermique.
Plus la base du nuage est haute, plus votre transition vers le prochain thermique sera
long. (sauf si vous avez la chance de voler sous une rue de nuage). Reichmann prédit que la
distance entre les nuages est environ deux fois et demi plus grande que la hauteur qui les
séparent du sol. Si la base est à 2000m au dessus du sol, alors la distance entre les troncs sera
probablement de 5 km. Même si votre parapente a une finesse sol de seulement 5 vous avez
une bonne chance d’intercepter un thermique avant d’intercepter le sol ! théoriquement, il est
très rare de planer tout le long depuis la base du nuage jusqu’au sol sans trouver une
ascendance. En réalité, j’ai malheureusement fait cela souvent, particulièrement en thermique
bleus, mais je pense rétrospectivement que j’ai dû traverser dans la longueur des rues de
descendance et que j’aurais mieux fait de tourner à 90° après une forte descendance pour en
sortir latéralement. En plaine, je pense que les ascendances se forment généralement en ligne,
même chose pour des descendances ; même en thermiques bleus, le prochain endroit logique
pour chercher un thermique est au dessus d’une bonne source (collecteur/déclencheur) droit
sous le vent de votre dernier thermique.
En montagnes, les thermiques et les nuages se forment au dessus des massifs qui sont
ou ne sont pas orientés dans le sens du vent ou de votre plan de vol. Si vous êtes en train de
traverser des montagnes (excepté un jour où les plafonds sont très hauts), vous devez souvent
baser votre décision plutôt sur les indices du sol que sur ceux des nuages. Si vous traversez
des petites plaines entre des massifs c’est souvent raisonnable d’utiliser les nuages pour
planifier votre prochain thermique. La plupart de nos massifs en Amérique du nord sont
orientés nord-sud, alors que le vent souffle généralement d’ouest en est. Un bon truc pour
traverser les vallées entres les massifs est de monter au plafonds puis de se laisser dériver au
dessus de la vallée avec le nuage. C’est lent, mais le cross est souvent plus une question de
rester en l’air que d’aller vite. Le nuage va éventuellement commencer à se dégonfler et vous
devrez le quitter avant pour ne pas subir de fortes descendances.
Ne soyez pas trop affecté si vous ne pouvez pas monter jusqu’au plafond ; je ne fais
généralement le plafond que les jours avec des ascendances bien organisées avec nuages
denses à bases plates. Les jours plus humides avec des petits taux de montée, il peut y avoir
plein de nuages mais aucun moyen de les atteindre. Notez à quelle altitude vous finissez votre
montée avant de perdre le thermique et à quelle distance du nuage. Si votre premier thermique
de la journée vous a monté à 2000m et que la base des nuages semble être 3000m, ne vous
attendez pas à monter plus haut au prochain thermique sauf si les nuages commencent à être
plus jolis. La base des nuages monte généralement dans la journée et les thermiques
s’améliorent jusqu’en fin d’après midi. Si les nuages montent à 3500m et commence à être
vraiment jolis, alors vous pouvez espérer monter plus haut et plus près de la base du nuage.
Le meilleur moyen de comprendre le ciel est de l’étudier avec une ferveur presque
religieuse. Lisez les livres et comprenez la météorologie d’un jour, puis faites la corrélation
entre les prévisions et ce qui s’est vraiment passé pendant le vol. Si vous ne pouvez vous
libérer pour aller voler, vous pouvez encore apprendre énormément sur le vol. Cela vous
aidera énormément quand il sera temps de pendre vos propres décisions une fois en l’air.
Chasseur de Thermiques Partie 3: exploitation du thermique
Ce que je préfère dans le vol c’est sans aucun doute enrouler un thermique ; en fait,
enrouler est peut être mon activité favorite dans la vie. Il n’y a rien d’aussi bon que de se
mettre sur la tranche dans un solide thermique et de le « rider » jusqu’au plafond sur quelques
milliers de mètres. Ce que je déteste le plus, c’est aussi enrouler. Ces jours où tous les autres
tournent au plafond et que je fais tas sur tas. Un de ces jours où vos êtes content de vacher
tout seul pour que personne ne puisse voir vos pleurs. Ci-dessous, j’explique ma technique en
thermique. J’espère que ça pourra vous aider au développement de la votre.
Théorie du thermique
Un petit peu plus de théorie du thermique est utile pour comprendre comment les
exploiter. Je crois que les thermiques proches du sol sont souvent assez petits et violents. A
mesure qu’ils s’élèvent, il tendent à se lisser et à s’élargir. La pression atmosphérique
influence également la formation des thermiques ; les jours anticycloniques à forte pression
produisent plutôt des thermiques petits et cisaillant. Les jours à faible pression atmosphérique
peuvent évidemment produire de très forts thermiques mais ils ont tendance à avoir des bords
plus souples, moins cisaillant et à être plus larges.
Bien évidemment, le gradient de température du jour influence aussi la force du
thermique; un jour chaud avec un très fort gradient de température produira des plus
thermiques plus forts. Pensez à une bulle d’air très chaude s’élevant d’un collecteur un jour
avec une grosse différence de température entre le sol et le ciel à 1500m au dessus. Un
thermique s’élèvera rapidement dans cette situation. Une inversion de température a l’effet
opposé et bien évidemment, un thermique s’arrête généralement ou du moins ralentit sur une
inversion.
Les facteurs ci-dessus (et une centaine d’autre mais c’est déjà un début) donne le
caractère du thermique de chaque jour. Si vous décollez un jour de ciel bleu très clair
(indicateur de haute pression) avec un bon gradient de température (vous avez lu les
émagrammes), vous vous attendez à des thermiques forts et cisaillants. Si, par contre, le ciel
est rempli de cumulus mous et paresseux dus à une forte humidité, vous vous attendez à des
thermiques plus mous. Le premier thermique de la journée vous donnes de bonnes indices de
ce qui se passe ; s’il vous satellise et que la seule chose que vous ayez à faire pour monter au
nuage est d’incliner l’aile, la journée est bien partie. Si c’est un truc petit et difficile à
exploiter et qui s’arrête brutalement 300m plus haut, la journée va être bien plus délicate. Je
mémorise trois caractéristiques de chaque thermique que j’enroule pendant la journée. Quel
est mon taux de montée intégré ? à quelle altitude j’arrive ? y’a-t-il des altitudes délicates à
franchir ? et enfin, quelle est la taille et la dérive de la spirale que je fais ?
Le taux de montée vous indique ce que vous pouvez espérer à mesure que la journée
progresse ; le taux de montée tend à s’améliorer jusqu’à assez tard dans la journée, et la taille
des thermiques tend à augmenter tout au long de la journée (la taille des descendance
également, malheureusement). Si vous avez une journée avec de bons 3m/s, alors mieux vaut
ne pas s’arrêter dans du 0.5m/s sauf si vous êtes bas (tout ce qui monte est bon à prendre
quand on est bas). Le plafond du thermique est aussi une bonne information ; si vous montez
facilement dans les thermiques jusqu’à 2000m mais qu’un thermique puissant s’arrête
soudainement à 1500m, il est probable que vous l’ayez perdu et qu’il faille le rechercher.
Cependant, si le thermique s’arrête à 1900m, il est plus probable qu’il soit finit et qu’il faille
partir en transition. Rappelez vous que le plafond du thermique augmente dans la journée.
Dans les bonnes journées au Texas, il n’est pas rare de voir les thermiques du matin atteindre
seulement 1500m puis 2000m à midi, 3000m à 14h et 4500 à 17h. Cette progression est
généralement moins marquée en montagne mais toujours observable.
Enfin, la taille et la dérive de votre spirale aux différentes altitudes vous donne des
informations sur le vent en altitude et vous indique ce qu’on peut espérer de la prochaine
montée. Ça vous indique à quel angle votre thermique monte depuis un collecteur afin que
vous puissiez intercepter le prochain (les thermiques vraiment forts n’auront pas de problème
à pousser le vent autour d’eux comme une pile de pont dans la rivière).
Spirale régulière et coordonnée, pas de balancements.
OK, vous êtes en train de voler et votre vario commence à bien biper. Que faire ?
premièrement, est-ce que votre voile abat ou se cabre juste avant les bips ? si elle se cabre,
vous avez probablement affaire à une rafale. Attendez voir si les bip continuent ou non. Si
c’est un thermique et que les bips augmentent, tournez. Qu’importe la direction ; si un coté de
la voile est plus en pression que l’autre alors inclinez dans cette direction en tirant la
commande la plus dure. Tirer combien ? plus la pression dans la commande augmente plus
cela indique un thermique fort, et plus vous pouvez tirer fort sur la commande. Cependant,
l’erreur la plus fréquente en thermique est de tirer de façon trop agressive sur le frein
intérieur. Quand vous tirer de façon trop agressive, vous tendez à installer un mouvement de
balancier plus qu’un véritable virage. Lors du retour de balancier, vous perdez votre virage et
volez droit en dehors du thermique. Beaucoup de pilote incline ensuite à fond pour essayer de
revenir dans le thermique et se faisant, il entretienne le mouvement de balancier ; j’ai volé de
cette façon pendant environ 5 ans avant de comprendre le truc. Ce que vous devez faire est de
voler en virage incliné propre et coordonné. C’est comme faire du vélo ; vous et le vélo êtes
dans une inclinaison correcte pour votre vitesse et votre rayon de virage. Un des plus gros
problème que les pilotes rencontrent est de maintenir une inclinaison constante en en
enroulant un thermique; j’espère que vous voyez ce que je veux dire… La technique correcte
est de commencer à tourner avec un freinage intérieur doux, contrôlé et progressif. La voile
s’inclinera, votre corps suivra et grâce à la force centrifuge vous continuerez à rester à
l’extérieur du cercle que décrit votre voile et monterez régulièrement dans le thermique.
S’exciter sur les commandes au lieu d’appliquer une pression douce et progressive vous fera
juste balancer à l’extérieure de la trajectoire de votre voile et avec le retour de la balance,
vous sortirez du thermique. Pour conserver un bon virage coordonné, il faut aussi contrôler le
tangage. Si votre voile cabre un peu, réduisez le freinage. Si elle abat brutalement, corrigez
vite tout en maintenant la bonne inclinaison.
Si vous ne voyez pas ce que je veux dire, tirer d’un coup sur un des freins et relâchez le;
vous allez vous balancer en dehors de votre voile et à nouveau dedans sur une ou deux
oscillations. Essayez ensuite de tirer d’un coup sur un frein pendant une seconde ou deux et de
revenir doucement au neutre ; vous allez vous balancer en dehors de votre voile, mais un peu
moins. Enfin, tirer doucement et progressivement sur le frein et gardez le ; vous allez entrer
dans une spirale propre et circulaire. C’est ce que vous devez faire en enroulant en thermique.
La vitesse et l’angle d’inclinaison en roulis sont directement lies ; plus l’angle est grand,
plus vous avez besoin de vitesse pour conserver un virage coordonné (pensez au 360). Plus
l’angle est faible, moins vous ressentez de vitesse. Les thermiques sont rarement parfaits ;
cela signifie que vous aurez continuellement à ajuster votre freinage et votre inclinaison pour
maintenir un virage coordonné. Si votre vitesse commence à décroître et que la voile se
redresse, inclinez vous un peu plus dans la sellette en relevant un peu le frein extérieur. Si
votre vitesse augmente, inclinez un peu moins, tirez un peu plus sur votre frein extérieur. Si
vous parvenez à apprendre comment enrouler en un virage coordonné, vous êtes sur la bonne
voie pour thermiquer efficacement.
Centrage du thermique: la carte mentale
OK, votre vario est en train de crier; combien de temps attendez vous avant de tourner ?
Si les thermiques du jour sont faibles et que vous êtes bas, tournez immédiatement après être
assuré que vous avez rencontré quelque chose (pas seulement l’effet d’une rafale). Les règles
disant d’attendre deux secondes ou autres, n’ont pas tellement de sens. Vous avez trouvé une
ascendance, commencez un virage propre et regardez ce qui ce passe. Si vous montez bien
pendant un quart de cercle et commencez ensuite à descendre, ouvrez votre cercle un peu plus
dans la direction où vous aviez trouvé la meilleure ascendance puis inclinez davantage quand
l’ascendance augmente ; concentrez vous sur la pression dans vos frein et vos sensations dans
les fesses, pas seulement le bip du vario, ce sont des indices très importantes. Ecoutez aussi le
bruits dans vos oreilles ; avec de la pratique, vous pouvez entendre la différence d’écoulement
autours de votre tête lorsque vous rencontrez une ascendance ou une descendance ; si vous
n’entendez pas l’écoulement, trouvez un autre casque. A un moment de votre spirale, tous les
indices vous indiquent la meilleure ascendance : vario, frein, fesses. Si vous êtes en train
d’enrouler de façon régulière et coordonnée, il est alors relativement facile de développer une
carte mentale de l’emplacement de la meilleur ascendance de chacun de vos tours ; ne vous
souciez pas du sol mais de l’endroit où vous rencontrez la meilleure ascendance dans chacun
de vos tours. Essayez de développer une carte mentale de ce qui se passe à chaque tour.
Pour ovaliser vos cercles vers une meilleure ascendance, maintenez un virage propre,
simplement réduisez faiblement votre inclinaison quand vous revenez de votre tour complet
de façon à translater le centre de votre cercle un peu vers l’endroit où vous aviez trouvé une
meilleure ascendance. NE VOUS ARRETEZ JAMAIS DE TOURNER. Une fois centré dans
la meilleure ascendance, resserrez à nouveau votre spirale en maintenant un virage propre.
Peut être que vous trouverez une bonne ascendance sur un demi-tour et une descendance sur
le reste du tour. Translatez encore votre cercle dans la direction de la meilleure ascendance.
Maintenant vous montez efficacement sur le tour complet avec une moyenne de 2m/s, mais
une portion de votre tour monte à 3m/s et une autre seulement à 1m/s. Si vous n’étiez pas dans
un virage propre et coordonné, et la plupart des pilotes ne le sont pas, cet asymétrie est
probablement due à une oscillation inhérente au fait d’enrouler en virages pas bien
coordonnés. Dans ce cas, l’écoute de son vario et de ses sensations ne seront pas de bons
indices pour comprendre ce qui se passe. Mais disons que vous enroulez de façon régulière
donc déplacez votre tour vers l’ascendance à 3m/s et montez dans une spirale parfaite à 5m/s
jusqu’au nuage. Les thermiques irréguliers peuvent donner des lectures « instantanées » sur
votre vario, donc concentrez à obtenir le meilleur taux de montée moyen. Deltas et planeurs
peuvent utiliser toute sorte de figures ovales ou en 8 pour exploiter leur ascendances, mais j’ai
remarqué qu’en parapente, rien ne vaux un virage régulier et coordonné et continuellement
ajusté (le virage pouvant être quasi à plat si le thermique est suffisamment grand !).
Note personnelle : J’ai n’ai moi-même vraiment compris l’importance de tout cela que
l’année dernière. Le problème est d’autant plus aigu que le thermique est étroit et qu’il faut
incliner beaucoup. Avec ma précédente voile, j’avais souvent une tendance à ovaliser mes
cercles de façon excessive. La raison en est simple : je confondais la ressource due à la
remise à plat de l’aile avec un indice qu’il fallait continuer à ovaliser… Je me soigne et ma
nouvelle voile se fait remettre à plat moins facilement, mais j’ai encore du mal à me défaire
de mes mauvaises habitudes ! exemple : j’ai enfin réussit à centrer quelque chose et je suis
bien incliné dedans (car c’est petit). Comme toute bonne chose a une fin, au bout de trois
tours, je sens que c’est plus faible et dissymétrique. Je soupçonne l’endroit vers où corriger
(le plus souvent au vent) et j’y vais. Yes, j’ai la sensation que c’était bien là, la voile se cabre,
le vario hurle et je perds mon inclinaison. Pas grave, me dis-je, je viens de trouver un gros
noyau et je vais pouvoir le serrer. Sauf que une seconde plus tard, ma voile, déjà au sommet
de sa ressource, commence à abattre et le vario se met à pleurer. Le temps de relancer le
virage, je suis déjà parti bien loin du thermique. Et quand je reviens y’a plus rien parce que
c’était une bulle et qu’il fallait pas la lâcher !! Y’a un bon repère pour éviter de confondre
une ressource avec la rencontre d’une ascendance plus forte : c’est l’inclinaison en tangage
de la voile. Si la voile est devant quand le vario monte, c’est tout bon pour ovaliser.
Rayon du virage et angle d’inclinaison
J’ai remarqué que je thermique avec des inclinaisons de 30-45° les jours avec des
thermiques petits et fort, des inclinaisons de 15-30° les jours de dépressions et presque à plat
les jour avec des thermiques faibles et larges. Les inclinaisons extrêmes sont : presque sur la
tranche dans les dust et, à l’opposé, presque à plat quand on se fait téter par un gros et large
nuage ; entre ces deux extrêmes il y a la correcte inclinaison pour le thermique du jour.
Chaque voile répond différemment aux commandes et à l’inclinaison sellette ; ce qui
fonctionne pour un pilote sous sa voile a souvent peu à voir ou rien à voir avec vous.
Cependant, chaque voile thermique en virage coordonné et le ressenti ne peut alors pas vous
tromper.
Voici quelques scénarios pour aider à trouver le bon angle pour thermiquer. Disons que
vous êtes en train voler dans du –3m/s et vous trouvez soudainement du +4m/s. vous tournez,
puis vous dégringolez à –2m/s, vous ovalisez donc votre cercle vers le +4m/s mais vous
n’arrivez pas à le serrer malgré un continuel ajustement des tours. Vous avez probablement
besoin d’être plus incliné afin de faire des cercles plus petits. Si vous êtes vraiment bas dans
un thermique petit peut être ne pourrez-vous faire qu’un demi-tour dans le noyau. Faites de
votre mieux pour améliorer la proportion de votre cercle dans du positif, ça s’améliorera
éventuellement à mesure que vous monterez. Un autre scénario : vous êtes en train de voler
dans du –3m/s quand votre taux de chute commence à s’améliorer progressivement jusqu’à un
zéro, puis 1m/s puis 1.5m/s. Dans ce cas, je continuerais à aller droit jusqu’à ce que le vario
commence à décroître puis j’initierais un virage faiblement incliné et centrerais le thermique
ainsi. Une montée progressive et régulière de votre taux de montée est le signe d’un
thermique large. Souvent, vous pouvez trouver de très forts noyaux dans de larges thermiques
qui pourront vous offrir de bien meilleurs taux de montée, mais en général, plus le thermique
est large, moins vous avez à incliner l’aile pour monter efficacement. Il y a généralement une
seule bonne inclinaison par thermique. Une voile ne tournera pas de façon coordonnée sans
freinage mais vous pouvez faire un beau virage coordonné avec du frein en utilisant
uniquement l’inclinaison sellette pour faire les corrections ; regardez un bon pilote voler et
vous pourrez qu’il (ou elle) est souvent en train de contrôler la voile d’abord avec
l’inclinaison sellette et de faibles ajustements sur le frein extérieur.
Il n’y a pas de force ou de débattement correct pour tirer sur vos freins en thermique,
mais il y a une inclinaison sellette et une quantité de freinage correcte pour maintenir un
virage coordonné donné. C’est comme faire du vélo ; personne ne peut vous dire comment
faire, mais quand ça marche, vous tenez dessus. Je thermique généralement avec environ deux
fois plus de freinage sur le frein intérieur et j’ajuste mon virage avec principalement mon
inclinaison sellette et mon frein extérieur. Vous ferez probablement différemment, mais
retenez bien votre méthode quand vous parvenez à faire un beau virage.
Ne changez pas votre sens de rotation initial quand vous enrouler, surtout quand vous
êtes bas. Il y a trois bonnes raisons à cela ; premièrement, en changeant votre sens de rotation,
vous perdez l’équilibre de votre beau virage et devez voler droit pendant un certain temps, ce
qui vous conduit généralement loin du thermique (toutes les directions sauf une conduise loin
du thermique…). Deuxièmement, vous perdez votre carte mentale de votre spirale.
Troisièmement, la remise à plat de votre voile provoque une augmentation artificielle du
vario. Il est presque toujours plus simple de translater votre cercle vers la meilleur ascendance
que d’essayer de changer le sens de rotation en se déplaçant vers elle.
Si vous avez beaucoup de mal à maintenir un virage coordonné, essayez de voler un peu
plus vite; utilisez plus d’inclinaison sellette et moins de frein. Beaucoup de pilotes essayent de
faire un virage parfaitement plat ; cela fonctionne bien dans les ascendances énormes, et votre
voile a son meilleur taux de chute avec pas mal de frein. Cependant, j’ai remarqué que voler
un peu plus vite avec une inclinaison moyenne me permet souvent de mieux noyauter. Ne
confondez pas ce qui marche le mieux en soaring avec ce qui marche le mieux en thermique,
c’est un jeu très différent.
Quoi faire quand on a perdu le thermique
Premièrement, sachez si vous êtes en haut du thermique ou non. Si les thermiques du
jour plafonnent à 2000m et que vous êtes à environ 1900m -1950m quand vous perdez le
thermique, oubliez le et partez en transition. Mais si vous perdez un bon thermique à 1000m,
il est temps de se remettre en mode de recherche. S’il y a du vent, le thermique est
probablement au vent ou sous le vent de vous. La première chose à faire est d’agrandir la
taille de votre spirale et de vous concentrer sur votre carte mentale. Si vous montiez dans du
+1m/s et descendez maintenant dans du –3m/s sur la partie au vent de votre tour, ovalisez du
coté sous le vent. Si ça s’améliore à –2m/s puis –1m/s, déplacez vous davantage sous le vent.
Si rien ne se passe, essayez d’aller voir au vent ; Une amélioration du taux de chute est aussi
important à remarquer qu’une amélioration du taux de montée. Portez également attention à
votre vitesse sol ; elle augmentera généralement si vous êtes dans l’aspiration du thermique et
en direction du thermique mais diminuera si vous vous en éloignez (rappelez vous que les
thermiques, surtout en basse-couche, sont entourés d’une masse d’air convergente). Si je suis
bas, un jour avec du vent, j’ai tendance à sortir du thermique du coté au vent. Si je suis haut
un jour avec du vent, j’ai tendance à sortir du thermique du coté sous le vent. Je ne comprend
pas pourquoi, mais c’est comme ça que ça se passe. Note perso : moi non plus, et je n’ai pas
généralisé sur la tendance à sortir sous le vent en basse couche du thermique. A suivre…
J’ai rarement rencontré des thermiques en forme de parfaits cylindres du sol jusqu’au
plafond ; le truc est de suivre votre vario, vos sensations aux freins et aux fesses en ajustant
continuellement vos tours de spirale coordonnée.
Quelques astuces pour mieux enrouler les thermiques
Si le coté extérieur de votre voile perd de la pression soudainement, se dégonfle ou fait
une fermeture moyenne, ça signifie que vous êtes dans une zone de cisaillement entre des
masses d’air montant différemment. Peut être que vous êtes dans du +3m/s et que votre aile
extérieur vient de rencontrer du 0.3m/s ; il vous faut donc ovaliser vos cercles en vous
éloignant de cette zone et en vous approchant d’une zone à meilleur taux de montée. Si vous
êtes en train d’enrouler dans une grappe et que vous voyez quelqu’un se prendre une
fermeture extérieur devant vous, c’est probablement judicieux de resserrer votre virage.
Beaucoup de pilotes ont tendance à enrouler sur place plutôt que de regarder réellement le
taux de montée et les autres voiles ; Si tout le monde monte mieux dans une moitié de tour,
ovalisez vers cet moitié de tour ; vous allez monter au dessus des autres assez rapidement en
utilisant cette tactique. Si quelqu’un vous dépasse d’un coté, déplacer votre cercle vers lui ; il
n’y a pas d’héroïsme à choisir de monter lentement.
Si vous voyez une voile devant vous dans une grappe qui se fait satelliser, vous pouvez
anticiper le resserrement de votre virage de façon à être plus incliné quand vous attraperez le
noyau et pourrez ainsi réussir à mieux le serrer ; voler en fonction du thermique, pas en
suivant les autres pilotes.
Regardez les pollen, les sac plastiques, les insectes et autres débris de votre thermique.
Les oiseaux en général et les martinets en particulier seront le plus souvent dans la meilleure
partie du thermique ; suivez les immédiatement. Note personnelle : ceci ne vaut pas pour les
corbeaux et autres piafeux à plumes noirs. Il semble bien qu’ils aient très souvent d’autres
préoccupations que de monter. Les martinets et quelques autres petits oiseaux mangent les
insectes qui sont aspirés dans les thermiques ; si vous voyez un groupe de petits oiseaux
s’agiter ensemble en montant, foncez sur eux, même si vous avez besoin de faire une petite
transition. En basses-couches, les insectes et petits débris ont une tendance naturelle à centrer
un thermique parce que l’air y est convergeant ; j’ai déjà enroulé sur des milliers de mètres en
compagnie de feuilles de journaux et autres débris.
Certaines journées produisent des thermiques qui semblent vous pousser dehors ; la
plupart du temps, j’ai remarqué que cela était dû à un virage pas assez incliné. Pensez à un jet
d’eau montant vers le haut ; si vous gardez votre aile sur la tranche dans le centre du jet, vous
allez monter. Mais si vous touchez la bordure, vous allez perdre de la pression sur l’aile
extérieure. Cela crée de la traînée qui finit par vous faire perdre votre inclinaison et vous
pousse en dehors.
Essayez de voler de temps en temps avec votre vario éteint; Chris Mueller et beaucoup
de bons pilotes font souvent de longues distances sans leur vario ! Je ne veux pas être trop
ésotérique mais les sensations que vous communiquent votre voile deviennent claires si vous
vous concentrez sur elles. Couper son vario vous force à porter attention à ce que vous dit
votre voile. J’ai appris beaucoup l’année dernière en jouant ce jeu, spécialement dans les
grappes où je pouvais regarder les autres pilotes. Note personnelle : Les inconvénients de
voler sans vario c’est : plus de concentration nécessaire donc moins d’attention sur
l’extérieur et prise de décision un peu tronquée. Plus de fatigue en cas de cross long, car
rester concentré longtemps fatigue…Autre inconvénient quand on est débutant : on fait quand
même beaucoup plus de tas. Et si on peut voler que les week-end, on progresse beaucoup
moins vite. Une solution intéressante : éteindre son vario de temps en temps quand on a déjà
un peu volé et qu’on est pas au ras du sol.
Dans un gros thermique, l’air le moins turbulent se trouve souvent en plein milieu du
noyau, et votre voile sera plus en pression et plus stable si vous l’inclinez davantage ; si je
monte fort, je sais que la bordure du thermique sera certainement turbulente. Je ne sors jamais
d’un thermique vraiment très fort car je sais que je rencontrerais des cisaillements importants
en le faisant ; la meilleure chose que vous avez à faire et de vous incliner dans le noyau et de
le garder jusqu’au plafond.
Les variations les plus extrêmes entre les ascendances et les descendances sont souvent
en basse couche ; vous êtes dans du –3m/s et trouvez soudainement du +5m/s puis retombez
du ciel à nouveau. Mon vario fait souvent du +8m/s en instantané quand je suis près du sol
alors que ce sont des journées avec des taux moyen (sur 20s) de seulement +3m/s. Le taux de
montée réel d’un thermique est ce que vous pouvez en tirer en moyenne, pas seulement les
pics. J’entends souvent des pilotes dire « j’ai pris du +10 aujourd’hui ! ». Ils font presque
toujours référence à leur taux de montée instantané et pas à leur véritable taux de montée. le
seul endroit dans le monde où j’ai vue des ascendances véritablement supérieures à +10m/s
est dans la Owens Valley en juillet, mais faite un virage très incliné et mal coordonné dans un
thermique « normal » et vous allez créer du +10 ; ce n’est pas une bonne information mais
beaucoup de pilote le pensent et continuent alors à incliner à fond là où il n’y a rien.
Finalement, tout ceci n’est que ma propre théorie basée sur la littérature du vol à voile,
les conversations avec les autres pilotes et mes expériences personnelles. Ce qui compte
vraiment, c’est votre propre théorie ; questionner la et raffiner la continuellement. Si
quelqu’un vous dépasse en thermique, c’est peut être grâce à sa voile, mais c’est beaucoup
plus certainement parce qu’il a fait quelque chose que vous n’avez pas fait. Il monte plus vite,
mais ne vous maudissez pas et essayez de comprendre pourquoi. A-t-il une inclinaison forte
ou faible ? ovalise-il ses cercles vers de meilleures ascendance et vous non ? Je ne crois pas
qu’il y ait des pilotes meilleurs de naissance, mais certain pilote pensent calmement à ce
qu’ils font et font au mieux. Je vais essayer de faire encore mieux cette saison et je vous en
souhaite autant. Et, au final, le meilleur pilote sera celui qui prendra le plus de plaisir.
 

 


Date de création : 18/04/2008 : 23:01
Dernière modification : 18/04/2008 : 23:01
Catégorie : Améliorer sa pratique
Page lue 10970 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Spécial

Offrez vous un baptême en parapente
pour 25€ de plaisir 
ici un exemple filmé
http://vimeo.com/11399816

Possibilité de baptême pour les handicapés moteur (décollage assis - chariot special) 
http://vimeo.com/61057087


Des photos, d'aventures ,
de voyages et
de sessions week end,
c'est ici 

Par
Laurent Merle :
https://www.flickr.com/photos/laurentmerle/albums/with/72157663277911879

photos : galerie Picasa 
galerie Parawing (archives)
Films : sur Viméo
 sur Youtube

Par Laurent Soleil
photos :  galerie Parawing et https://picasaweb.google.com/111119434435114929995
Films : https://vimeo.com/user36431475

Connexion...
 Liste des membres Membres: 184

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 4

Total visites Total visites: 634726  

Record connectés:
Record connectés:Membres: 9

Le 06/07/2009 @ 17:32

Record connectés:Cumulé: 160

Le 14/05/2012 @ 16:03

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
^ Haut ^